BiopSci

La science à portée de tous

La libéralisation latente par la cellule

Par | Catégorie: Biologie, Humour | Le 03 juil 2012

En cette période estivale propice à la farniente et au divertissement je me permets de ressusciter un vieux texte (légèrement retouché) initialement publié en 2005 sur mon (très) vieux blog. Une opportunité pour inaugurer une nouvelle catégorie « Humour » sur ce blog. Cependant, ne vous y détrompez pas, les faits scientifiques sont des plus réels. =)

La police française vient de découvrir dans une salle insalubre du quartier latin de Paris un amas de corps calcinés, démembrés et méconnaissables. Cette salle avait été louée afin de permettre la tenue d’un meeting pour un réseau d’extrême gauche totalement inconnu.
Le verbatim d’un discours pouvant expliquer les circonstances du drame a été retrouvé sur place :

Camarades,

l’heure est grave. En cet instant solennel je viens vous faire part de ma nouvelle théorie qui vient ébranler les bases de notre société et réformer toute notre action politique. Cette théorie, sobrement intitulée « la libéralisation latente par la cellule », va vous être exposée au fil de ce discours.

Il y a bien bien longtemps, dans une galaxie toute proche étant donné qu’il s’agit de la nôtre, vivaient des petites cellules procaryotes. Ces cellules coexistaient pacifiquement dans un milieu certainement liquide et ne se souciaient guère d’autre chose que de se fournir en glucose ou autres molécules potentiellement énergétiques afin d’auto-entretenir son petit écosystème. Une vision précoce du jardin d’Eden si l’on estime que ces cellules vivaient entièrement nues et ne connaissaient aucun souci (ni pommes, ni factures, ni Sarko).
Mais voilà, toutes les bonnes choses ont une fin. Et comme souvent dans notre société le Mal vint du libéralisme.
Un jour une de ces cellules, nommée Bill, eut alors une idée. Elle allait lancer une OPA amicale sur la cellule voisine (une alpha-protéobactérie selon les enquêteurs) qu’elle trouvait de surcroît fort bien gaulée. Elle l’accosta et lui proposa alors de fusionner et de se spécialiser dans la branche énergétique du trust néoformé. Innocente la cellule qui se nommait Mito Kondri accepta. La fusion eut lieu et la petite Mito se retrouva confinée au sein de la cellule mère et n’eut alors d’autres occupations que de produire de l’énergie qu’elle devait mettre à disposition de la cellule mère qui de son coté modifia son infrastructure (invaginations multiples de membranes, création d’un noyau véritable QG du trust,…).
Ce que les scientifiques appelèrent plus tard la naissance des cellules eucaryotes est en fait le premier acte capitalisto-libéral de l’histoire de notre planète !
La cellule mère venait en effet d’entamer l’exploitation de la pauvre Mito Kondri sous prétexte de gain d’efficacité et de productivité. Comme à l’accoutumée Bill sortit les beaux discours et plaça cette fusion sous le signe de la symbiose et de la conjugaison des talents afin de produire un système toujours plus efficace et permettant une réponse et une adaptation plus rapides aux aléas de ce monde en perpétuelle mutation.
Mais ce brave Bill occultait un point : il avait dépouillé au passage cette chère Mito Kondri d’une partie non négligeable de son génome. Non content de l’asservir il l’avait en plus privée de son identité et de son autonomie sous couvert d’efficacité (à l’image d’une prostituée à laquelle on retire ses papiers et ses sous vêtements).
Les bases du capitalisme étaient là : l’abolition de l’individualité au profit de la productivité (métabolique le cas échéant).

Charmante petite histoire me direz vous ? Et vous vous demandez aussi certainement en quoi elles vous concernent.

Rien de plus simple. Celles que l’on appelle les cellules eucaryotes, descendantes directes de ce cher Bill et de son esclave intérieur Mito Kondri ne sont autres que les composants de tout être humain. Vous êtes tous constitués de milliards de ces entités capitalistes. Vous portez le Mal en vous. Vous êtes tous potentiellement des capitalistes !

Alors si vous aussi vous avez décidé d’éradiquer ce mal qui vous gangrène rejoignez nous dans notre ultime combat contre le capitalisme galopant. Buvez des litres d’eau de javel, immolez vous par le feu, broyez tous vos tissus musculaires, électrocutez vous,… anéantissez tout ce capitalisme qui sommeille en vous !

Pour les curieux désirant en savoir plus, ce texte fait référence à la théorie endosymbiotique expliquant l’origine des mitochondries.

créateur de BiopSci
Voir tous les articles de

Un commentaire »

  1. La théorie endosymbiotique, ou hypothèse de l’endosymbiose, est l’hypothèse selon laquelle les plastes et mitochondries des cellules eucaryotes proviennent de l’endocytose de procaryotes avec lesquelles ils auraient entretenu une relation symbiotique. Mitochondries et plastes sont des organites semi-autonomes de la cellule eucaryote, c’est-à-dire disposant d’un patrimoine génétique et capables de se diviser indépendamment de la cellule. Ces caractéristiques furent les premiers éléments à l’appui de la théorie endosymbiotique formulé par Lynn Margulis dans les années 1960.

Laisser un commentaire