BiopSci

La science à portée de tous

La conquête de l’Europe et de l’Asie: une affaire d’hommes?

Par | Catégorie: Actualité, Evolution, Génétique des populations | Le 27 jan 2009

C’est ce que suggère une récente étude publiée dans la revue Nature genetics. Des chercheurs de la Harvard Medical School ont en effet regardé comment avait évolué le chromosome X par rapport aux autosomes (chromosomes non sexuels) dans différentes populations humaines. Leurs résultats suggèrent que les populations humaines ayant quitté l’Afrique pour coloniser l’Europe et l’Asie étaient majoritairement constituées de mâles.

Pour arriver à ces conclusions les chercheurs ont donc comparé l’évolution du chromosome X à celle des autosomes (chromosomes non sexuels).

Pour comprendre leur raisonnement on peut faire une analogie simple. Imaginez deux populations isolées. L’une est composée de 10 membres et l’autre de 100. Statisitiquement, la population la plus grande a plus de chances de posséder en son sein des caractères différents. Par exemple, il y a peu de chance que sur les 10 personnes il y ait un roux, et encore moins qu’il y en ait deux. Par contre, dans la population de 100 personnes, on a statistiquement des chances d’en trouver quelques uns.  Quand on étudie la proportion d’un caractère (en regardant les différents allèles d’un même gène) dans une population on s’intéresse à la diversité génétique.

Ce sont ces mêmes principes qui ont été appliqués lors de cette étude. La seule différence est, qu’au lieu de regarder à des populations ils ont regardé des chromosomes (plus précisément des populations de chromosome). En effet, chez l’Homme, les femmes possèdent 2 chrosomosomes X tandis que les hommes n’en possèdent qu’un. Ainsi, dans une population homogène, composée de la même proportion d’hommes et de femmes, il y a 3 chromosomes X pour 4 autosomes (chaque chromosomes non sexuel étant présent en deux copies). Dans ces conditions on s’attend donc à mesure moins de diversité génétique sur le chromosome X que sur les autres chromosomes. Plus précisément, on attend 25% de diversité en moins (car il y a un chromosome X de moins pour 4 autosomes).

L’analyse aura donc révélé que cette diversité génétique du chromosome X était, comme attendu, plus faible de 25% dans les populations africaines. Par contre, pour les populations européennes et asiatiques montraient une diversité bien inférieure (jusqu’à 40% de diversité de moins que les autosomes). Cela signifie donc, qu’au cours de leur évolution, les populations européennes et asiatiques ont connu des périodes où elles comptaient moins de 3 chromosomes X pour 4 autosomes. En d’autres mots, il y avait bien moins de 50% de femmes dans ces populations. Le fait que l’on retrouve ce résultat à la fois dans ces deux populations indique que, selon toute vraisemblance, ce goulot d’étranglement a eu lieu durant la migration de ces populations depuis l’Afrique, berceau de l’humanité, vers l’Europe et l’Asie (mais avant que ces populations se séparent).

L’équipe de chercheur a alors cherché à établir si ce phénomène pouvait être du à une pression de sélection forte (pouvant être due aux conditions environnementales changeantes lors de la migration) sur un ou plusieurs gènes situés sur le chromosome X. Aucune simulation n’a validé de telles hypothèses.

L’explication la plus vraisemblable est donc que la migration des actuelles populations européennes et asiatiques depuis l’Afrique s’est faite majoritairement par des individus males, les femmes ayant moins pris part à ces vagues migratoires (où y ayant moins survécu). Une découverte qui nous en apprend un peu plus sur comment l’Homme a évolué de quelle manière il a, petit à petit, conquis la terre entière.

Lire l’article d’origine (accès restreint – en anglais).

créateur de BiopSci
Voir tous les articles de

2 commentaires »

  1. BiopSci » La conquête de l’Europe et de l’Asie: une affaire d’hommes?…

    Des chercheurs de la Harvard Medical School ont en effet regardé comment avait évolué le chromosome X par rapport aux autosomes (chromosomes non sexuels) dans différentes populations humaines. Leurs résultats suggèrent que les populations humaine…

  2. (chaque chromosome(s)……Attention! chaque est suivi d’un singulier.Sans rancune.

Laisser un commentaire