BiopSci

La science à portée de tous

Henrietta Lacks, du cancer à l’immortalité

Par | Catégorie: Historique | Le 20 jan 2009

Il y a en sciences des destins peu banals. Peu connue du grand public, Henrietta Lacks en est un bon exemple. A elle seule, elle aura, sans le savoir, aidé des générations de scientifiques. Improbable destin pour cette jeune femme au foyer morte à 31 ans d’un cancer.

henrietta_lacks_1920-19511
Photo d’Henrietta Lacks

Henrietta Lacks est née en 1920 dans l’état de Virginie (Etats Unis). En février 1951, on lui diagnostique un cancer du col de l’utérus provoqué par un papillomavirus humain. Cancer qui la tuera au mois d’octobre de la même année.

Au cours de ses différentes visites à l’hopital, George Otto Gey préleva, sans son accord, des cellules tumorales d’Henrietta Lacks. Ces cellules possédaient une particularité très intéressante: elles étaient immortelles.

En effet, la vie d’une cellule humaine est très contrôlée. Une fois différenciée, un système de régulation très complexe maintient la cellule vivante. Plusieurs protéines interagissent ainsi pour maintenir la cellule dans un équilibre entre la mort et la prolifération. Si l’une (ou plusieurs) des protéines intervenant dans ce système de régulation voit son comportement modifié (par une modification de séquence, un nombre de copies variant au sein de la cellule, sa disparition,…), cet équilibre peut alors se briser. La cellule peut alors mourir (on parle de nécrose) ou proliférer. Lorsque des cellules se mettent à proliférer de manière anarchique, elles forment une tumeur pouvant être responsable d’un cancer.

Dans le cas d’Henrietta Lacks, une enzyme dont l’absence empêche normalement les cellules de se diviser se trouve présente, accélérant la prolifération non contrôlée de ces cellules.

Cette découverte fut d’un grand intérêt pour George Otto Gey car il pouvait ainsi cultiver in vitro des cellules humaines, ce qui à l’époque, n’avait jamais été réalisé, celles ci étant difficiles à maintenir en culture de part leur faible nombre de divisions. Ces cellules se divisant à l’infini il était donc facile de les cultiver et de les distribuer dans d’autres laboratoires. Cette lignée cellulaire fut appellée lignée HeLa et, est, à l’heure actuelle, la lignée standard pour toutes les études de cancérologie et biologie cellulaire effectuées sur des cellules humaines. Tous ces scientifiques travaillent donc avec ces cellules, issues du corps d’Henrietta Lacks. Elles auront même effectué un séjour dans l’espace afin de savoir si des cellules humaines pouvaient survivre en l’absence de gravité. On estime aussi que le nombre actuel de cellules HeLa disponibles à travers le monde dépasse le nombre de cellules qu’Henrietta Lacks ait jamais eu dans son corps.

Cependant, ces cellules ont longtemps été sujet (et le sont encore encore) de questions d’ordre éthique.

Un des premiers points est le fait que les cellules ont été initialement prélevées sans l’autorisation de la patiente avant d’être largement diffusées par la suite (après la mort d’Henrietta Lacks). Ils se posent alors une question à laquelle chacun peut avoir une réponse très personnelle: des cellules prélevées d’un individu (contenant donc son ADN) lui appartiennent elles toujours? Sur ce point, la cour suprême de Californie statua que ce n’était pas le cas et que donc ces cellules pouvaient être distribuées et commercialisées librement.

Ceci nous amène donc au second point: la commercialisation de ces cellules. De nombreuses entreprises vendent désormais des cellules HeLa à différents laboratoires à travers le monde. Ils vendent donc des cellules ayant appartenu à une personne, Henrietta Lacks, n’ayant jamais donné son accord pour cela (dans la mesure où on ne le lui a pas demandé). A l’heure actuelle, des entreprises s’enrichissent grâce à ces cellules cancéreuses ayant causé la mort de cette femme, enterrée sans même une pierre tombale. Ni elle, ni sa famille n’ont vu le moindre centime de ce commerce.

Certains scientifiques lui ont cependant rendu hommage et elle reçut des honneurs post mortem à plusieurs reprises en tant que contributrice importante (bien qu’elle ne l’ait jamais su) en matière de recherche biomédicale, les cellules HeLa ayant, par exemple, aidé à mettre au point un vaccin pour la polio.

Pour aller plus loin

Le livre de R. Skloot La Vie immortelle d’Henrietta Lacks

créateur de BiopSci
Voir tous les articles de

17 commentaires »

  1. BiopSci » Henrietta Lacks, du cancer à l’immortalité…

    Il y a en sciences des destins peu banals. Peu connue du grand public, Henrietta Lacks en est un bon exemple. A elle seule, elle aura, sans le savoir, aidé des générations de scientifiques. Improbable destin pour cette jeune femme au foyer morte à …

  2. Vos rappels historiques et déontologiques sont très intéressants. Une faute s’est glissée dans le texte:…Il(s) se pose(nt)alors……le « il » est ici un pronom indéfini et ne s’accorde pas,à la différence du « ils vendent donc…..qui suit dont le « ils » désigne sans doute possible « les nombreuses entreprises ».

  3. [...] Henrietta Lacks sur BiopSci [...]

  4. Merci pour votre contribution.Je vous suggère de compléter l’article wikipedia en version française qui est bien pauvre en comparaison de votre article. http://fr.wikipedia.org/wiki/Henrietta_Lacks

  5. Bonjour,

    merci de me le suggérer, l’article Wikipedia est en effet assez pauvre en contenu. Si j’en ai le temps j’essaierai de l’étoffer un peu.

    Philippe.

  6. Bonjour,
    N’étant pas biologiste, je ne comprends pas comment on peut utiliser des cellules cancéreuses pour faire des expériences. Sont-elles neutralisées? Sont-elles normales à part leur problème de reproduction excessive?

    Merci d’avance

  7. Génial, pourquoi on ne nous dit pas ça au lycée en bio!!?

  8. anarchique != Chaotique

  9. Il serait bien de preciser que c’est une Afro-americaine…Bande de faux culs…Ca n’se voit pas sur la photo donc j’imagine que ca vous arrange bien!!

  10. @benvoyons: si ça se voit! Ça change quoi?
    Ce serai arrangeant pourquoi?

    Merci à l auteur de cet article.

  11. Merci pour le commentaire Dafuk. J’ai pris l’habitude de ne pas répondre aux trolls, et celui ci en était un bien beau…

  12. Benvoyons est vraiment frustrée, mal-élevée. Ça change quoi qu’elle soit afro-américaine? L’important c’est sont apport à la science.

  13. Merci Henrietta mais c’est lamentable de ne pas avoir versé de l’argent en compensation à sa famille. Minable de la part des scientifiques…

  14. Bonjour,

    Je termine la lecture du livre de Rebecca SKLOOT, « La vie immortelle d’Henrietta Lacks ». Je l’ai trouvé par hasard dans une bouquinerie. C’est une histoire extraordinaire et choquante pour le coté inconnu.
    Je suis d’accord, pour l’importance de la précision que Henrietta Lacks était afro-américaine, mais pas dans le sens colérique et insultant du troll là haut. Le livre parle du problème éthique et nous remets dans le contexte de l’histoire en 1951, la science n’était pas loin d’un certain « barbarisme ».
    Merci pour ce site que je viens de découvrir en cherchant d’autre info sur Hela.
    Et petite précision, je sors d’un traitement de cancer bien soigné. Je suis peut-être d’autant plus sensibilisée.

  15. Bonjour,

    la question de l’ethnicité d’Henrietta Lacks est effectivement intéressante et j’avoue ne pas avoir de réponse claire quant au fait qu’elle doit absolument être mentionnée ou pas.

    Cet article a presque 5 ans et je ne saurai donc justifier chaque choix d’écriture fait à l’époque. Cependant, plus que l’origine africaine de Lacks, je pense que son origine sociale en dit plus. C’était une femme pauvre (et cela vaut pour sa famille à l’époque en général). Cela n’est pas explicitement mentionné dans le texte mais se lit en pointillé.
    Le comportement des médecins face à des personnes de classes sociales que certains qualifieraient d’inférieures est effectivement un problème. Un problème qui n’a d’ailleurs peut être pas totalement disparu de nos jours.

    L’origine africaine de Lacks m’a peut être paru plus anecdotique au moment d’écrire l’article mais, je l’accorde, a certainement un poids plus important dans le contexte de l’histoire (par exemple, en 1951 le mariage entre individus de différentes ethnicités étaient encore interdits dans de nombreux états américains). Les ségrégations sont très importantes aux USA où l’usage du mot race n’est nullement tabou.
    Je pense que si je ne l’ai pas mentionné à l’époque car je souhaitais avoir un article équilibré et éviter de tomber dans le cliché du grand méchant docteur blanc qui abuse de la pauvre et innocente femme noire sur son lit de mort. Tout simplement car je ne savais pas à quel point ceci reflétait la réalité (et je ne le sais toujours pas, la lecture de l’ouvrage de R. Skloot pourrait m’en apprendre plus).

    Tout opinion sur le sujet est évidemment bienvenue. Je publierai volontiers un article externe en tribune à qui propose un texte argumenté sur le sujet.

  16. Merci de votre réponse.
    Votre avis rejoint le livre R SKLOOT.

  17. これはです優れたブログは、うあなたがあること関与そうすることでインタビューに関して|あなたはどれだけどのように デザインさを、それ?もしそうであればメールを受け取る!
    ヴィトン 財布 メンズ 激安 http://globaldnatesting.net/cp/lv/20141108003318-87ah.html

Laisser un commentaire